Entrepreneur : les aspects pratiques – le guide

guide pratique de l'entrepreneur

Créer sa structure sans capital de départ

Une entreprise c’est d’abord des idées ensuite des moyens. Vous devez savoir que pour ériger une structure il faut mettre en place un plan de financement de son entreprise par des moyens personnels ou encore par des apports extérieurs qui constitueront le capital de départ de votre entreprise. Même si ces deux moyens sont inexistants vous pouvez tout de même mettre sur pieds votre entreprise.

Il suffit d’opérer le choix du bon statut qui n’exige pas un capital minimum avant le démarrage de l’activité. Il faut s’inscrire au régime EI, EIRL pour jouir de ses faveurs. De plus, le statut d’auto-entrepreneur vous assure également un démarrage en douceur sans capital social de départ.

Avec zéro euro en poche, tout est encore possible en explorant les voies de financement à condition de faire preuve de créativité et de réaliser un plan d’affaires vraiment excellent. À titre illustratif, le prêt d’honneur est un dispositif permettant aux jeunes entrepreneurs débutants de pouvoir bénéficier d’un prêt sans intérêt de 2 000 et 20 000 euros qu’ils peuvent fructifier pour une période de 2 à 5 ans.

Entreprendre : le handicap n’est pas une fatalité

Il ne faut pas prendre l’invalidité motrice pour un handicap. Vous pouvez surmonter votre handicap, oser et vous mettre à votre propre compte grâce à des associations comme l’AGEFIPH et L’UPTIH. L’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées offre aux personnes en difficulté motrice la possibilité de réaliser leur rêve.

Ils peuvent se mettre à leur compte avec des enveloppes financières d’un montant de 6000 €. L’association assure également le suivi de l’installation, la mise en place du projet ou la restructuration de l’entreprise. De même, L’UPTIH  l’Union professionnelle des travailleurs indépendants handicapés quant à elle travaille aussi dans le même sens pour aider les handicapés à valoriser leur talent en les accompagnant dans le développement de leur structure.

Quelles sont les dispositions à prendre pour installer la structure ?

Avant de se lancer dans pareille aventure, il faut peser le pour et le contre, analyser vos compétences en tant que manager et déterminer vos atouts et vos insuffisances. Il est également important d’analyser le facteur motivation pour savoir si vous êtes réellement prêt à vous lancer dans la bataille.

Il faut également étudier avec minutie votre pouvoir financier puisqu’entreprendre c’est également prévoir que les bénéfices engrangés lors des premiers exercices n’arriveront très certainement pas à couvrir toutes les charges. Il faudra donc chercher à ouvrir votre capital pour trouver des associés compétents et financièrement capables de vous épauler.

Ce genre de projet disposant de plusieurs actionnaires amène toujours à un aboutissement heureux de l’entreprise. Il est également important de recueillir les avis d’experts et les conseils de spécialistes dans certains domaines pour s’assurer le succès. Vous pouvez bénéficier de précieuses astuces voire de pistes pour d’éventuels financements qui vous feront économiser énormément de temps.

Mettre en place sa structure même en étant étudiant ?

La démarche de l’auto emploi est un excellent chemin à condition d’en maitriser les rouages. Vous pouvez étudier et installer votre propre entreprise. Cela ne relève pas d’un exploit, mais d’une capacité à planifier et organiser son temps. S’auto-employer vous libère de la recherche d’emploi et cette expérience enrichit énormément votre CV.

En optant pour ce double statut, vous bénéficiez non seulement de la sécurité sociale étudiante, mais également de l’assistance d’un sénior du réseau PEPITE durant le processus d’installation de votre entreprise. Il est donc possible de profiter de vos temps de stage professionnel pour mettre en place votre structure et vous prendre en charge.

Les voies pour entreprendre dans la jeunesse

Lorsqu’on est jeune, on est plein de fougue et on déborde d’énergie et d’idées qu’il faut rapidement canaliser et mettre à profit pour créer son entreprise. Il ne vous manque plus qu’à asseoir le projet par une étude marketing qui mettra en évidence si votre projet répond à un besoin réel sur le marché. Il faut également mettre le temps à profit pour rechercher les sources de financement et prévoir les charges prévisionnelles.

Des organismes comme l’Association pour le droit à l’initiative économique (ADIE) œuvrent pour que les jeunes qui ont de brillantes idées trouvent leur place au soleil. Des institutions étatiques comme les chambres de métiers, de l’artisanat, les Chambres de commerce et d’industrie et bien d’autres structures d’appui incitent et accompagnent les jeunes dans la création d’entreprise.

Les secrets pour être mineur et créer son entreprise

La loi considère un enfant en dessous de 18 ans comme mineur. Il vit encore sous tutelle ou sous la responsabilité de ses parents. Mais il est tout à fait possible même à un jeune de 16 ans de disposer de sa propre entreprise à condition d’avoir l’accord tacite de ses parents. Cette autorisation parentale est délivrée d’un commun accord par les deux parents ou encore sous la surveillance judiciaire de son administrateur au niveau des juridictions compétentes. Un jeune de cet âge ne peut prétendre qu’à la création de 2 formes d’entreprise à savoir : une société unipersonnelle ou encore une entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL). Ce sont les deux régimes possibles pour un enfant.

Les possibilités de création d’entreprises avec un statut de chômeur

Le chômage n’est pas une prédestination. Un chômeur peut aussi connaître la joie d’être chef de sa propre entreprise un jour. Il est aisé de créer son entreprise avec un statut de chômeur. La création d’entreprises n’est certes pas chose facile pour un chômeur, mais il existe des organismes bien dévoués comme l’ACCRE qui accompagne les chômeurs pour prendre ce virage à 180 °.

Cette structure très en vogue assure l’accompagnement à la création d’entreprises pour cette catégorie de personne. L’ACCRE assure donc le suivi du dossier et permet au chef d’entreprise chômeur de continuer à jouir de ses allocations chômage et de ses reliquats qui lui sont alloués sous forme d’un capital pour l’aider à prendre un bon départ.

Est-il possible à un salarié d’entreprendre et de créer sa propre entreprise ?

Légalement un salarié peut créer sa propre entreprise, mais cette nouvelle activité ne doit pas jouer sur ses prérogatives au travail et encore moins entacher sa loyauté. Autrement dit, il ne peut pas créer son entreprise pour concurrencer son employeur.

Il faut également être un homme équilibré et faire preuve de tact pour pouvoir jumeler les deux activités et s’en sortir. Vous pouvez conserver votre poste et gérer votre propre activité. La loi prévoit ce genre de contraintes et stipule que l’employé s’il le désire peut prendre un congé de création d’entreprise.

Cette période de congé est fixée légalement à une durée d’un an renouvelable une fois. En choisissant ce statut, l’employé doit être conscient qu’il ne recevra pas de son employeur de salaire durant toute la durée du congé.

Concevoir son entreprise et profiter du RSA vont-ils de pair ?

Cela est du domaine du réel d’être érigé au rang des entrepreneurs et de continuer à jouir de la prime d’activité. Le RSA est une prime pour l’emploi dont vous pouvez continuer à bénéficier en apportant les bonnes preuves.

L’ACCRE cité un peu plus haut et le Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise (Nacre) accompagnent plusieurs personnes dans le cas à profiter de plusieurs atouts sociaux.

Ces structures offrent la possibilité d’obtenir des prêts à taux 0 %, mais également l’accessibilité à l’exonération de cotisations sociales.

Le contrat CDI permet-il d’accéder à sa propre entreprise

Lorsque vous êtes sous contrat à durée indéterminée avec une entreprise, il n’est pas facile de s’en défaire. Mais vous devez savoir que la loi vous autorise à créer votre propre entreprise même en étant sous CDI.

Il existe plusieurs possibilités pour parvenir à vos fins. Vous pouvez opter pour un congé de création, cité ci-dessus ou faire-valoir un congé sabbatique. Une fois terminé ; vous aurez toujours la possibilité de retourner vers votre poste de salarié si vous le souhaitez.

Un interdit bancaire peut-il créer son entreprise ?

Un interdit bancaire peut mettre en place sa propre entreprise. La seule difficulté qu’il aura est de créer un compte pour sa structure. S’il reçoit un rejet catégorique de la part d’une banque, il peut toujours faire recours à la banque de France via la procédure d’ouverture d’un compte de transmettre.

La Banque de France choisit alors une structure bancaire qui a l’obligation de lui ouvrir un compte. Les entrepreneurs individuels ont la maîtrise de cette procédure. La Banque de France leur attribue directement un établissement financier qui garantit leur transaction, quel que soit le statut juridique de l’entreprise.

Les clés du succès d’une entreprise prospère !

Pour que votre entreprise fonctionne parfaitement et soit une entreprise à succès, vous devez minutieusement choisir votre domaine d’intervention. Malgré la conjoncture économique peu enviable, certains secteurs se portent plutôt pas mal.

  • Il vaut mieux garder son emploi, il est plus probant d’avoir une entreprise qui décolle;Un bon carnet d’adresses vous aide toujours;
  • Un bon plan d’affaires sera une parfaite boussole pour vous guider;
  • Faites-vous aider pour ne pas vous éloigner de votre fonction principale.

Les bonnes adresses pour vous aider à la création d’entreprises

  • 175 Chambres de commerce et de l’industrie sont disponibles sur l’hexagone pour vous servir et vous assister dans la création de votre entreprise.
  • L’Agence pour la création d’entreprises (APCE) dispose d’un site qui vous assiste dans vos projets. Il vous aide à valoriser votre entreprise. Elle ne dispose pas d’un siège physique.
  • De son ancienne appellation Oséo Anvar, le BPI France est une précieuse aide à la création d’entreprises.
  • Vous pouvez aussi faire appel à l’expertise des comptables et des avocats qui ont des relations et de l’expérience dans le domaine.

Une femme peut-elle créer son entreprise ?

Il existe plusieurs organismes qui soutiennent et encouragent même les femmes à devenir entrepreneur. Les femmes entrepreneures sont soutenues par des organisations comme :

  • L’institution Racine CLEFE
  • L’institution dénommée l’entrepreneuriat au féminin
  • L’institution Les Pionnières qui vous permet de fonder et faire éclore votre entreprise
  • L’institution FGIF entendue sous le vocable Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes permet l’accessibilité de prêt à des taux intéressants pour les femmes ayant des entreprises
  • Le réseau force femme agissant pour le compte des femmes ayant 45 ans,
  • L’interface Actionnelles assure la liaison entre les femmes qui veulent se mettre à leur propre compte et les femmes-chefs d’entreprises
  • Le CIDFF entendu sous le vocable Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles.

Qui peut vous assister dans votre projet de  Création d’entreprise : ?

En dépit de tout ce qui précède, vous pouvez bénéficier également de l’assistance de plusieurs autres institutions comme :

Quels sont les travers à éviter pour un étudiant qui crée son entreprise ?

  • Ayez la conviction avant d’entreprendre, ne vous pressez pas pour vous jeter dans la gueule du loup.
  • Donnez un nom attirant et définissez bien votre statut.
  • Évitez de rester seul et rentrez en relation avec d’autres entrepreneurs une fois votre structure mise sur pied.
  • Sachez flairer les mauvais coups et les propositions indécentes des réseaux de franchises vraiment chères et de fausses propositions d’immatriculation.

Où créer son entreprise dans le monde ?

Doing Business positionne la Nouvelle-Zélande à la tête des pays où le climat des affaires est le plus propice. Singapour est aussi un lieu idéal pour créer facilement son entreprise. Ensuite suivent des pays comme le Danemark et le RAS de Hong Kong. On retrouve ensuite dans le classement des pays comme la Chine et la République de Corée. La France n’est pas bien positionnée dans ce classement. Elle figure à la 29ième compte tenu de la pression fiscale et des entraves de prêts.

Les atouts et les risques de création d’entreprise en France

En termes de force, la France possède plusieurs organismes d’assistance à l’entrepreneuriat. De plus, le statut d’auto-entrepreneur assure l’éclosion de plusieurs entreprises. La lourdeur administrative est un véritable frein au système. Il existe beaucoup trop d’intermédiaires, et les valeurs fiscales sont fragiles et fluctuantes et la perte de privilège possible.

Les forces et les faiblesses de la création d’entreprises en Angleterre

Logé à la 7ième position du classement l’Angleterre favorise énormément l’implantation d’entreprise sur son territoire. Le climat des affaires est l’une des plus propices et très favorables grâces à une simplicité des procédures administratives, fiscales et juridiques. Le director pour les Limited Company est une forme de SARL qui garantit l’anonymat du propriétaire d’entreprise.

L’expérience de la création d’entreprises au Maroc

Ce pays marque des points dans le domaine de la création d’entreprises. Les tractations administratives sont allégées. Le Maroc est un pays assez stable politiquement et dont la main-d’œuvre est très accessible. Les opportunités d’investissement semblent assez restreintes et il vaut mieux éviter les secteurs concurrencés par les grands groupes.

Les points positifs et négatifs de l’entrepreneuriat au Luxembourg

Le Luxembourg dispose d’atouts vraiment remarquables en affaires qui attire bon nombre d’entrepreneurs. Avec une économie stable et une parfaite stabilité politique et sociale, cette monarchie attire plusieurs investisseurs. L’autre atout est également son PIB par tête d’habitant qui permet de concevoir des produits vraiment accessibles.

Les atouts des paradis fiscaux en matière de création d’entreprises

Les paradis fiscaux permettent d’échapper à la pression fiscale. C’est la solution idéale pour installer son entreprise. Le magazine Forbes nous révèle le top 10 de ces paradis fiscaux à travers le monde par le biais de son classement. Il s’agit des pays comme : les Bermudes, Hong Kong, la Suisse, U.S.A (Delaware), le Royaume-Uni (City of London), Luxembourg, les Îles Caïman,  l’Irlande, la Belgique et Singapour.

Quels diplômes faut-il avoir pour prétendre au statut de chef d’entreprise ?

Pour être chef d’entreprise, il faut absolument faire une formation qui vous prépare et vous donne les outils managériaux comme les grandes écoles de Commerce où vous pouvez passer des Masters spécialisés. Les IUT et structures comme Instituts d’Administration des Entreprises (IAE) vous préparent pour ce monde. Vous pouvez aussi être façonné à travers des formations d’entrepreneur comme le diplôme d’étudiant-entrepreneur (D2E) accessible après le Baccalauréat. Pour le non-bachelier, plusieurs institutions comme l’AFPA instituent des formations entrepreneuriales. Les Chambres de Commerce et d’Industrie et autres Chambres assurent aussi ce genre de formation.

Comment développer sa créativité et son idée d’entreprise ?

Pour trouver une bonne idée d’entreprise, il faut savoir observer et anticiper sur les besoins des gens. Il faut observer le marché et suivre les secteurs porteurs. Comme idée d’entreprise, vous pouvez penser à la Sécurité domestique ou à la restauration rapide (haut de gamme). Vous pouvez aussi explorer du côté du micro-financement des PME. Vous pouvez aussi pénétrer des niches d’opportunité comme celles des objets connectés et des objets personnalisés en 3D.

Les adresses utiles pour créer son entreprise :

La plateforme guichet-entreprises.fr permet déjà de créer son entreprise en ligne. Quoi de plus simple pour s’immatriculer que d’aller sur le site http://www.insee.fr/fr/.

Pour toute activité commerciale hors l’auto-entrepreneuriat, vous devez vous inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés à l’adresse https://www.infogreffe.fr/societes/informations-et-dossiers-entreprises/tuto/tutoriel-comment-immatriculer-votre-entreprise-au-rcs.html

Vous pouvez accéder, pour l’artisanat, au Répertoire des Métiers (RM), sur le site www.artisanat.fr/tabid/200/Default.aspx

J’espère que cet article vous a aidé à y voir un peu plus clair sur la création d’entreprise !

Luc.